Retour à Le blog du Lungta

L’Essence du Reiki et l’Occident

Pour aborder l’essence du Reiki des origines, enseigné par Mikao Usui, il faut en comprendre le contexte philosophique,  religieux et culturel cher aux japonais car totalement intégré dans leur vie quotidienne. Philosophie quelque peu délicate à intégrer dans nos sociétés occidentales tellement, elle est loin de notre éducation, de  de nos croyances et de nos modes de vie.

Le berceau du Reiki est le Japon.  Les japonais vivent dans une conscience encore  omniprésente de leur place au sein de l’Univers et de la nature.

Les religions font parties intégrantes de la culture au Japon. De nombreux temples ou sanctuaires  sont  présents à chaque coin de rues. Deux religions/philosophies y cohabitent en parfaite harmonie dans une normalité déconcertante pour un occidental : le Shinto et le Bouddhisme.

Dans leur vie quotidienne, les japonais vivent une conscience quotidienne bercée par les enseignements du Shintoisme. De 1868 à 1945, le Shintoïsme a été élevé au rang de Religion d’Etat.

La particularité du Shinto, qui signifie  « Voie du Divin » est qu’il s’agit d’une religion animiste, très comparable à nos anciennes croyances celtes portées par le Druidisme en Europe et le chamanisme dans d’autres pays.  Les Shintoïstes vénèrent des Dieux et des Esprits (les Kamis) qu’ils reconnaissent en chaque chose existant dans la nature.  Dans ce sens, chaque élément de la nature à son Kami. Certains sont reconnus comme protecteurs, d’autres comme perturbateurs.

Les japonais rendent hommage quotidiennement à ces divinités gardiennes des lieux de la nature.  Elles séjournent sur une montagne, protègent une forêt, se logent sous une cascade, se nichent sous quelques roches. Des ancêtres ou des héros valeureux des temps passés peuvent, après leur mort, être considérés comme kami, mais ce culte archaïque déifie en premier lieu les éléments de la nature.

Le prêtre shintô, reconnaissable à sa coiffe noire et à sa longue robe blanche, a pour sacerdoce d’être une personne qui “connaît les rites qui donnent prise sur les forces surnaturelles”. Le shintoïsme n’a cependant pas de fondateur, ni dogme, ni code moral. Cette croyance ne trace pas de frontière nette entre le sacré et le profane. Les Japonais honorent et rendent hommage aux kamis plus qu’ils ne sont en adoration devant eux.

… Tout cela ne ressemble t-il pas au Druidisme et Chamanisme des origines ?  Dans notre course à la mondialisation, nous avons oublié qu’avant l’existence des frontières, sur terre, il y avait un peuple uni avec la nature. De ces frontières territoriales et humaines sont nés des guerres de clocher qui nous ont quelque peu dénaturés de l’harmonie avec l’Univers.  Diviser pour mieux régner … cela ne date pas d’hier !

Alors que le Druidisme et le chamanisme est à l’heure actuel sectorisé et  réservé aux  puristes pour les Occidentaux, le Japon a su garder une place dans son quotidien pour honorer le Sacré de la vie en toute chose.

Il n’est pas rare que les Japonais associent le Shintoïsme et le bouddhisme tout au long de leur vie. Il est d’ailleurs très courant de trouver un autel Shintoïste dans un temple Bouddhiste.  Vers la fin de leur vie,  un grand nombre se tournent vers le Bouddhisme pour réaliser les cérémonies de passage d’une vie à l’autre, s’assurant ainsi la sérénité pour leur future incarnation. 

Alors que le Shintoïsme peut être vu comme une reconnaissance du vivant en toute chose qui nous entoure, le Bouddhisme met le point sur notre intériorité et nous enseigne  l’état d’Éveil que chaque être humain incarné sur terre doit vivre afin de retrouver sa sagesse originelle, assurance d’une sérénité éternelle, y compris dans nos prochaines incarnations.

Considérer le Reiki sans intégrer la reconnaissance du Vivant en toute chose laisse courir le danger d’en faire une pratique « bien-être » portée par le « faire » dénuée du Sens premier des mystères de l’Univers et de l’enseignement premier qui est d’ « d’Être » afin d’atteindre  l’Antsin Ritsumei (l’Illumination), intégration de la Conscience ultime de notre place au sein de l’Univers.

Chercheur spirituel toute sa vie, ce n’est qu’aux alentours de 60 ans que Mikao Usui a trouvé sa légitimité à transmettre après avoir vécu l’illumination, expérience ultime du Sens de la Vie… Cela n’est probablement pas un hasard ! …

 Au même titre que nous ne pouvons devenir chamane en un stage de quelques jours, la pratique du Reiki demande l’abnégation de nos croyances occidentales,  le retour à nos croyances ancestrales, le goût de l’expérimentation, le retour à nos ressentis et instinct profond, l’effacement de l’égo dirigé par le petit moi. L’essence du Reiki exige aussi une âme de chercheur afin d’atteindre l’intégration profonde de notre place au sein de l’Univers.

Le passage des degrés de Reiki n’est qu’un premier pas nous permettant la possibilité  de transformer des connaissances théoriques en ressentis profond dans notre intériorité.  Cette expérience alchimique intérieure peut alors nous mener vers un autre état de conscience nous permettant l’accès à la symphonie de la vie, en nous et tout autour de nous.  Le Reiki n’est pas une pratique, il est un état D’Être … commun à tous les être de la nature, et à l’Univers tout entier. 

Il est évident que nous devons beaucoup à Hawayo Takata sans qui le Reiki n’aurait jamais traversé les frontières, dans une période d’après-guerre dans les années aux Etats-Unis.  Cependant, beaucoup de mystères sur la vie de Mikao Usui ont été dit et contredit par différent Maître Enseignant, qu’ils soient occidentaux ou japonais… y compris qu’il ait pu être chrétien en terre Shinto… !  Les écrits de son époque ont malheureusement été détruits lors d’un incendie. Tout comme beaucoup de pratiques énergétiques, il ne reste que les enseignements transmis oralement, faisant de la vie de Mikao Usui une véritable légende invérifiable….

Il est également évident que la culture, les croyances Shintoïsmes intégrant la reconnaissance d’Esprits dans la nature auraient probablement été très mal compris par l’Etat américain qui aurait évidemment interdit la pratique du Reiki à l’intérieur de ses frontières.  

En Occident, il a été plus pratique car plus « entendable » de diriger l’enseignement vers les pratiques gestuelles correspondant parfaitement à notre niveau de croyances occidentales que d’en enseigner ses valeurs spirituelles.

A l’aube d’un nouveau monde, l’Occident commence à renouer avec ses croyances ancestrales.  Le Reiki est un enseignement japonisé et ancestral des Lois et des interactions de l’Univers qui peuvent maintenant être mises en lumière au regard des nouvelles sciences…  

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour à Le blog du Lungta